Lac de Bious-Artigues

LAC DE BIOUS-ARTIGUES
1416m

Vers le Pic du Midi d'Ossau

INFOS

Le Lac de Bious-Artigues est un lac de 40m de profondeur et d'une superficie de 32,6 hectares. Il est alimenté par les eaux du Gave de Bious, les eaux du Ruisseau de Moundelhs, qui descend du Lac de Moundelhs, et les eaux de l'Arrec d'Aas. Les eaux du Lac de Bious-Artigues se déversent ensuite par le Gave de Bious.

Depuis la Brèche inférieure de Moundelhs

BARRAGE

La construction du barrage de Bious-Artigues, réalisée par la Société Sainrapt et Brice, débuta en 1953. Le sable et le gravier étaient prélevés sur place, dans la carrière déjà utilisée pour l'édification du barrage de Fabrèges, terminé 6 ans plus tôt, en 1947, et le ciment, qui arrivait par train à la gare de Laruns, était ensuite transporté en camion jusqu'au chantier. Afin de créer le béton, composant de base du barrage, l'ensemble de ces éléments était mélangé dans une station construite non loin des baraquements des ouvriers, sur le petit plateau de Bious-Oumettes. Après 4 années de travail, la construction fut terminée en 1957 et le barrage de Bious-Artigues, barrage à voûte mince d'une hauteur de 50m, est dés lors capable de stocker 5,3 millions de m3 d'eau. L'eau est ensuite acheminée par une galerie et une conduite forcée pour être turbinée dans l'usine hydroélectrique d'Artouste.

L'usine d'Artouste est ainsi alimentée par les eaux de trois barrages, le barrage d'Artouste, le barrage de Fabrèges, et le barrage de Bious-Artigues, qui sont ensuite utilisées en aval par l'usine de Miégebat puis par l'usine du Hourat. Ces trois usines sont en effet disposées en cascade et utilisent l'énergie d'un même cours d'eau, les ouvrages de restitution d'une usine se déversant dans les ouvrages de prise de la suivante. Ce projet d'aménagement des trois usines fut approuvé en 1917 et l'usine du Hourat fut construite et mise en service en 1925, l'usine de Miégebat en 1927 et l'usine d'Artouste en 1929. Aujourd'hui, la production de ces usines, alimentées par les trois barrages et leur capacité totale de stockage de 36 millions de m3 d'eau, couvre l'équivalent des besoins électriques d'une ville aussi grande que Bordeaux.

Depuis l'est

TOPONYMIE

Bious-Artigues vient du gascon biou, biu qui signifie boeuf et de artigues qui vient du patois echartiga qui signifie défricher. C'est donc le lac du défrichement aux boeufs. Effectivement, avant la construction du barrage, le secteur était une zone d'estives. Une autre possibilité est que bious provient du latin via, bié qui signifie voie. Ce serait alors le lac du chemin du lieu défriché. Le secteur était effectivement situé sur une des voies importantes de Saint-Jacques de Compostelle, passant de Gabas au Col des Moines.

La toponymie des Pyrénées parle des défrichements car la surpopulation des vallées pyrénéennes contraignait les hommes à trouver sans cesse de nouvelles terres à cultiver et augmenter la quantité d'herbes à pâturer. Et la seule solution était ainsi de défricher, faire reculer la forêt et la terre inculte. La toponymie en rapport avec le mot artigues et ses dérivés est très répandue et est est présente dans toutes les vallées pyrénéennes, avec partout ce même sens de défrichement.

SITUATION

Chemin sous le barrage

METEOTutoriel météo

Météo Lac de Bious-Artigues (meteoblue)

TOPOS

Les topos du Bouquetin Boiteux passant au Lac de Bious-Artigues.

Sur le barrage

SOURCES

Les grands barrages de montagne (Patrick Espel / MonHélios)
Petit dictionnaire toponymique des Pyrénées (Romain Bourbon / MonHélios)
La toponymie - La vie des hommes de la montagne (Marcellin Bérot / Editions Milan)
Barrage de Bious-Artigues (Lacs des Pyrénées / Site internet)


Depuis la rive ouest

Depuis la rive ouest

Le Gave de Bious, à l'entrée du Lac de Bious-Artigues

Depuis le sud

Commentaires