Château de Montaner

CHÂTEAU DE MONTANER
330m

31 novembre 2022

NB : L'altitude mentionnée ici est approximative.

INFOS

L'Entrée
L'entrée s'effectue par un pont dormant et un pont-levis qui surplombe un large fossé et qui donnent sur la porte d'entrée, située sous le donjon, et qui est surmontée par l'écusson des Foix-Béarn et la devise Febus me fe qui se traduit par Fébus m'a fait.

Le Donjon
Le donjon a une hauteur de 40m et sa base est un carré parfait de 13,70m de côté. Ses murs, de 3m d'épaisseur, sont faits en brique, selon la technique languedocienne utilisée par l'architecte Sicard de Lordat lors de sa construction. Les 5 étages sont reliés entre eux par un escalier à vis qui part du premier étage, le rez-de-chaussée étant indépendant et l'accès aux étages se faisant par les courtines et le chemin de ronde.

La Cour
La cour du château est un vaste replat où ne subsiste plus aucun bâtiment.

L'Enceinte
La cour du château est entourée par une enceinte presque circulaire de 52m de diamètre. Cette forme circulaire de l'enceinte lui permet de ne pas avoir de point vulnérable. Les murs, de 3m d'épaisseur, sont construits en galets avec chaînage de brique. L'enceinte ne dispose pas de tours mais possède des contreforts surmontés d'échauguettes cylindriques. Le sommet de la courtine est bordé d'un parapet crénelé soutenu par des corbeaux de brique.


HISTOIRE

1000 à 1200
Vers 1085, Gaston IV le Croisé, alors qu'il n'est pas encore vicomte de Béarn, se marie avec Talèse, la petite fille et héritière d'Arnaud Aner, dernier vicomte du Montanérès. Plus tard, entre 1090 et 1134, grâce à ce mariage et alors qu'il est devenu vicomte de Béarn, Gaston IV le Croisé intègre le Montanérès à ses possessions. Il fait peut-être édifier un château sur l'emplacement où sera plus tard construit le château actuel de Montaner.

1200 à 1300
En 1281, le vicomte de Béarn, Gaston VII Moncade accorde une charte de franchise au village de Montaner, contre l'obligation d'entretenir les fossés du village et du château. C'est la première trace écrite et connue de l'existence de l'ancien château situé à l'emplacement où sera ensuite construit le château actuel. Le Montanérès est alors une position stratégique face à la Bigorre et face aux comtes d'Armagnac.

1300 à 1400
En 1344, Gaston III de Foix-Béarn, dit Gaston Fébus, vient à Montaner pour prêter serment à ses nouveaux sujets et recevoir leur promesse de loyauté.

Entre 1373 et 1380, Gaston III de Foix-Béarn fait édifier le château de Montaner, sur l'emplacement de l'ancien château construit à la demande de Gaston IV le Croisé. Les travaux, sous la direction de l'architecte Sicard de Lordat, débutent entre 1373 et 1374 et se terminent en 1380. Sicard de Lordat utilise une technique languedocienne en utilisant la brique et des cailloux roulés au milieu des lits de briques. Cette technique, moins coûteuse que l'utilisation de la pierre de taille, permet une construction relativement rapide. L'enceinte du château est entourée d'un profond fossé et une fosse est creusée derrière la porte d'entrée afin de constituer un piège pour des assaillants qui la franchirait. Le donjon, de la forme d'un carré de 13,70m de côté et haut de 40m, est couronné par un mâchicoulis, c'est-à-dire un balcon percé d'ouvertures dans sa partie inférieure desquelles des projectiles pouvaient être lancés sur des assaillants.

Situé alors à la frontière nord du Béarn, qui est à cette époque un pays souverain, le château de Montaner s'intègre à un large système défensif composé de plusieurs châteaux. Il peut loger une garnison importante et les bâtiments intérieurs comprennent, entre autres, une cuisine, une boulangerie, une salle d'apparat et le logement du seigneur. Un puits de 21m se situe au milieu de l'enceinte et est recouvert afin d'éviter que les ennemis ne puissent polluer l'eau en y jetant des charognes.

En 1393, Mathieu de Castelbon, successeur de Gaston Fébus, vient au château de Montaner pour les cérémonies d'hommage. C'est la dernière fois que ce type de cérémonie se déroule au château.

1400 à 1600
Au début du XVème siècle, dès le règne d'Archambaud de Grailly, les cérémonies d'hommage, qui se déroulait auparavant au château de Montaner, se tiennent maintenant à Orthez.

En 1425, les Rois de France reconnaissent officiellement les seigneurs de Béarn comme comtes de Bigorre et le château de Montaner perd alors son rôle de poste frontière.

A la fin du XVème siècle, les seigneurs de Foix-Béarn-Bigorre deviennent rois de Navarre et sont couronnés à Pampelune. Ils deviennent aussi comtes d'Armagnac et sires d'Albret. Leurs possessions englobent alors un vaste territoire et le château de Montaner se retrouve à l'écart des zones de tension. De plus, l'invention et le développement des canons rend la forteresse obsolète et, au milieu du XVIème siècle, la plaque tournante du système défensif des rois de Navarre devient Navarrenx.

Mais durant le Guerres de Religion, le château de Montaner reprend son rôle. En effet, Jeanne d'Albret, qui a convertit le Béarn au calvinisme mais qui redoute l'intervention des troupes françaises, via la Bigorre qui dépend du royaume de France, décide d'en refaire une forteresse défensive. En 1564, des travaux de réfection sont entrepris et se poursuivent encore en 1569.

1600 à 1800
En 1620, Louis XIII passe en Béarn et souhaite rétablir le catholicisme comme religion officielle dans la région, qui était toujours protestante et qui avait été protégée jusque là durant le règne d'Henri IV.

En 1621, des seigneurs béarnais et calvinistes tentent de se soulever et se retranchent dans le château de Montaner. La réponse de Louis XIII est immédiate. Le duc d'Epernon s'empare du château et il fait brûler et raser une partie des bâtiments intérieurs et le village.

En 1627, le château de Montaner est confié aux Montesquiou d'Artagnan.

En 1642, avec l'accord du roi, les Montesquiou d'Artagnan veulent détruire l'enceinte et combler les fossés. Mais la mobilisation des habitants et du Parlement de Navarre permet d'éviter la destruction et le rez-de-chaussée du donjon devient une prison.

En 1787, les Montesqiou d'Artagnan se séparent du château de Montaner.

1800 à 1900
En 1803, monsieur Duplessy achète le château de Montaner pour 1800 francs, dans le but de le démolir pour s'en servir comme carrière de briques et de pierres, et il s'attaque immédiatement aux parapets et aux créneaux. Mais les habitants du village de Montaner se mobilisent à nouveau et intentent un procès au propriétaire, épaulés par la Préfecture qui considère que l'acte de vente prête à confusion. Les dégradations sont alors ralenties.

En 1840, le donjon du château est classé aux Monuments historiques.

En 1854, après plus de 50 ans de procédures, le procès entre les habitants de Montaner et monsieur Duplessy prend fin et le Conseil Général rachète les ruines du château pour 6000 francs. Au cours de ces nombreuses années, le propriétaire a pu démolir les parapets, les courtines et les contre-forts, ainsi que la petite tour et une colonne de 7m qui servait à soutenir un moulin à vent. Le Conseil Général décide alors de transformer le rez-de-chaussée du donjon en salle de Justice de Paix et un escalier est construit afin de mener au premier étage où est installée la mairie du village.

En 1856, de nouveaux travaux sont entrepris mais ne vont pas à terme.

1900 à 2022
Entre 1926 et 1938, des opérations de sauvetage sont entreprises. L'escalier à vis du donjon est remis en état et la couverture et la charpente sont entièrement refaites.

En 1968, l'association Pierres et Vestiges est créée et se donne pour première mission de sauver ce qui peut l'être dans les parties non classées. En effet, en dehors du donjon, classé depuis 1840, tout est à l'abandon. Les fossés se sont comblés et l'intérieur de l'enceinte, où terre et gravats se sont accumulés, était utilisé comme pâturage, le puits situé au milieu ayant été comblé afin d'éviter au bétail d'y tomber.

En 1970, des réparations sont effectuées sur le donjon. Le toit est recouvert de zinc et le parement extérieur de la tour est consolidé.

A partir de 1972, des chantiers de bénévoles contribuent à l'enlèvement des gravats dans la cour intérieure, au déblaiement du puits et au nettoyage des fossés. Les bases du pont donnant accès au donjon par-dessus la douve sont découvertes et l'association Pierres et Vestiges construit, à proximité du chantier, un four permettant de cuire 6000 briques fabriquées à partir de la même argile que celle utilisée au XIVème siècle.

En 1980, une partie du château est classée aux Monuments historiques, remplaçant le classement de 1840. Ce sont le donjon et les ruines de l'enceinte, y compris les ruines des ouvrages avancés.

En 2021, une partie du château est inscrite aux Monuments historiques. C'est la totalité du site de château, en dehors de la partie classée en 1980.


TOPONYMIE

Le nom de Montaner vient du village, nommé Montaner, au-dessus duquel se situe le château. Montaner viendrait du français mont dans le sens colline, hauteur et de Aner qui est le nom des vicomtes qui possédaient la région. Montaner signifierait ainsi le mont des Aner.


SITUATION



MÉTÉOTutoriel météo

Météo Château de Montaner (meteoblue)

TOPOS

Les topos du Bouquetin Boiteux passant au Château de Montaner.

Itinéraire Km D+ Altitude max D+/Km Cotation Chiens
Castetbieilh, Château de Montaner, Église saint-Michel 19 400 350 21,05 T1 Autorisé


SOURCES

Les amis du château de Montaner (Site internet)
Les châteaux du Béarn (Philippe Gapin, Xavier Guiraud de Saint-Eymart, François Pardeilhan / Le Patient Résident)
Château (Base Mérimée)
Château de Montaner (Site officiel)


Depuis le nord-ouest

Depuis l'ouest

Depuis l'ouest/sud-ouest

Depuis le sud-ouest

Depuis le sud

Depuis le sud-est

Depuis l'est



Commentaires