Pyrénées - Borne frontière 318

Croix frontière 318

Croix frontière 318 et Soum Blanc des Espécières

Surlignage photoshop de la gravure

LE RÉCIT PEU CRÉDIBLE

Je parvenais, après mille et une difficultés, à rejoindre le Port Vieux où mes recherches m'avaient conduits à supposer l'emplacement de la croix numérotée 318. Et c'est avec une joie non dissimulée que mes yeux mouillés se posèrent sur la pierre gravée. Mais ma joie fut de courte durée. Ô rage ! Ô désespoir ! La pierre, à demi enterrée telle la pierre tombale de ma jouissance, avait déjà été visitée. Un petit poteau métallique ainsi qu'une boîte rouillée indiquaient sans ambiguïté que je n'étais pas le premier homme à l'admirer. Fébrilement, je tendais ma main tremblante vers l'étui rougeâtre d'où dépassait une feuille de papier. Je la pris, la déplia et lu la terrible phrase écrite à la plume : "Tu l'as dans l'cul !".


Extrait des Voyages de Jean le Mythomane

POSITION

Au Port Vieux ou col des Espécières, croix sur une pierre à demi enterrée.

Convention additionnelle du Traité de délimitation du 14 avril 1862

Au Port Vieux, au sud-est d'un pylône électrique de ligne à haute-tension, croix et nombre 318 gravés sur une petite pierre taillée et dressée, sur sa face est/sud-est. Sur son côté nord, est posée une petite boîte de métal.

Emplacement, vue vers le nord-ouest

INFOS

Article 4.
Elle continuera vers l’Orient par les crêtes de la chaîne principale des Pyrénées, sans aucune interruption, depuis le col de Somport jusqu’au sommet de l’Escalette, point d’où se détache le grand contrefort qui verse ses eaux d’un côté dans la vallée de Luchon, de l’autre dans la vallée d’Aran.

Article 15.
La vallée française de Barèges et la vallée espagnole de Broto ont la propriété commune des sept quartiers de Pouey Aspé, des Especières, de Pouey Arraby, de Sécrès, de Pla-Laccoum, de Pouey Mourou et de Lacoste, compris sous la dénomination de montagne d’Ossau. Ces sept quartiers s’étendent depuis la crête des Pyrénées entre le Vignemale et la brèche de Roland, jusqu’aux communaux de Gavarnie desquels ils sont séparés par une ligne dont le tracé approximatif part du barrancou (ravin) qui divise Coumaciouse de Lacoste, passe au dessus du Coueyla de Lacoste, puis par-dessus Pouey Mourou jusqu’à l’Espugue de Milka, va de là aux Plas-Coumus, à la cabane de Pouey Arraby, au trot du même nom, au bas de Peyramère, au trot de Lapahule, au sommet de Mourgat, borne ensuite la montagne de Pouey Aspé jusqu’au bourg de Pouey Neuf et continue par la hite de Pouey Aspé, la serre de Serradets et la serre de Taillou, pour aboutir à la Brèche de Roland.
Il sera fait un abornement de cette ligne lorsqu’on procédera à celui de la frontière internationale prescrit par l’article 8, et on la modifiera, s’il y a lieu, en tenant compte du dire des parties intéressées et des accidents topographiques. Le procès-verbal de cette démarcation définitive sera annexé au présent Traité.

Le pâturage des sept quartiers de la montagne d’Ossau s’affermera aux enchères à Luz, d’accord entre les vallées de Barèges et de Broto, en présence de leurs délégués avec l’intervention de l’autorité compétente et à des conditions absolument égales pour les adjudicataires français et espagnols. Le fermage et les charges de cette propriété seront partagés par moitié entre les deux vallées.
Les troupeaux de barèges et de Broto pourront jouir en commun, tous les ans, des sept quartiers d’Ossau jusqu’au onze juin, mais à partir de ce jour, le pâturage en sera interdit à toute espèce de bétail jusqu’au vingt-deux juillet, époque à laquelle les fermiers et sous-fermiers auront seul le droit de pacager dans les quartiers qui leur seront dévolus.
Le bétail propre de Broto, à l’exclusion de tout autre, aura la faculté de paître avec celui de la vallée de Barèges dans les communaux de Gavarnie depuis le vingt-deux juillet jusqu’au moment où il rentre dans les versants d’Espagne.
Afin de légitimer les usages indiqués ci-dessus, et pour mettre à jamais fin aux anciens litiges, la vallée de Barèges indemnisera la vallée de Broto de l’abandon perpétuel et volontaire que fait celle-ci de tous droits quelconques sur les montagnes du versant de Gavarnie autres que ceux mentionnés dans la paragraphes précédents. L’indemnité sera de vingt-deux mille francs, soit quatre-vingt-trois mille six cent réaux de vellon, et le paiement devra en être effectué dans le cours de l’année qui commencera du jour où le présent Traité sera mis à exécution.

Traité du 14 avril 1862

La Croix frontière 318 fait partie des 154 bornes, numérotées de 273 à 426, définies par le Traité du 14 avril 1862 délimitant la frontière allant de la Table des Trois Rois au Port de Boué. Elle est intégrée à la délimitation spécifiée dans l'Article 4 du traité. En tant que limite nord, elle fait également partie de la délimitation particulière des Sept Quartiers de la Montagne d'Ossoue qui sont alors la propriété commune de la vallée française de Barèges et de de la vallée espagnole de Broto. Cette délimitation est stipulée à l'Article 15 de ce même traité.

TOPOS

Les topos du Bouquetin Boiteux passant à la Borne frontière 318.
Pic Mourgat, Pic de la Pahule, Pic des Tentes, Pic Entre les Ports
Sur la deuxième partie du parcours, en descendant du Pic Entre les Ports, et avant de longer le Lac des Espécières, passage au Port Vieux.

SOURCES

Bornes 311 à 332 (Robert aux bornes des Pyrénées)
Bornes 301 à 320 (Alain Gillodes)
Etape 34, Boucharo (Michel Molia)

Textes des Traités (Robert aux bornes des Pyrénées)

Vue vers l'est

Vue vers le nord

Vue vers l'ouest

Commentaires