Vautour percnoptère (Percnoptère d'Egypte)

Vautour percnoptère (Percnoptère d'Egypte)

Neophron percnopterus

Photo Marie-Thérèse Sadran ©

- Les infos pas très vraies (mais pas trop fausses)
- Les infos pas fausses (et plutôt vraies)
- Sources

LES INFOS PAS TRÈS VRAIES (MAIS PAS TROP FAUSSES)

Le Percnoptère est fidèle. Pas Castro. L'autre. Ce qui est certain, c'est qu'il n'est pas cubain. A la rigueur, égyptien. Son vol est d'ailleurs très caractéristique. En effet, il vole de profil. Ce qui est assez étrange. Il est également à noter qu'il construit, entre 500 et 2000m d'altitude dans des falaises pyrénéennes, des nids pyramidaux. Ce qui n'est pas très pratique. Ça fait mal au cul.

Le Percnoptère est donc fou d'amour pour sa belle. Et elle lui rend bien. Fin avril, les deux tourtereaux consomment leur bel union. La femelle pond un à trois œufs. Pyramidaux. La ponte est douloureuse. Quarante jours plus tard, un ou deux oisillons, fruits de ce sublime amour, naissent.

Jour et nuit, le bébé vautour dort, mange, pleure et chie. Parfois, il mange, chie, dort et pleure. Mais c'est assez rare. Puis vient l'adolescence. Commence alors une longue période hyperactive. Il dort, mange, râle et chie. Et joue aux jeux vidéos sans ranger sa chambre, entre deux selfies sur les réseaux sociaux.

Faites des gosses ! Exténués, déprimés, en burn-out et au bord de la crise de nerfs, les parents craquent et jurent qu'on ne les y reprendra plus. Vers mi-septembre, après avoir viré la progéniture hors du nid à coups de tatanes, ils se cassent en vacances au soleil. Chacun de leur côté. Faut souffler un peu.

Mais l'amour est fort. Ou l'appel de la culbute, c'est selon. Ainsi, les deux partenaires se retrouvent à nouveau fin février du côté des Pyrénées. Pas très futés ou trop excités, ils en oublient de se protéger. Et hop ! Quelques temps plus tard, la femelle pond. Les deux ont bien l'idée de se trouver trop cons, c'est trop tard. Faut assumer.

Appelé également Vautour hélicoptère par le biologiste Gérard Mambon, qui était peu éclairé et n'avait pas la lumière à tous les étages, l'oiseau carbure à la charogne. Et aux étrons. Il recycle. Le vautour est écolo. Grâce à ce régime, recommandé par le docteur Gérard Flouze, il peut ainsi vivre entre 15 et 30 ans. Ça conserve.

Extrait du manuel du Bouquetin Bucolique

LES INFOS PAS FAUSSES (ET PLUTÔT VRAIES)

- Habitat
Le Vautour percnoptère, aussi appelé Percnoptère d'Egypte, ou encore surnommé "Marie-Blanque" dans les Pyrénées, est un rapace rupestre, c'est-à-dire qu'il niche dans les falaises généralement calcaires. Ainsi, son nid est le plus souvent installé dans des petites grottes situées entre 500m et 2000m d'altitude. Il utilise un territoire d'environ 20.000 hectares et a une prédilection pour les espaces ouverts (paysages steppiques, pâtures, prairies) où il peut aisément chercher sa nourriture. Il est fréquent que les territoires de différents couples se superposent.

- Morphologie
A l'âge adulte, le Vautour percnoptère, qui est le plus petit vautour d'Europe, a une envergure de 1m60 à 1m80, mesure de 53 à 65cm et pèse entre 1 et 2,5kg. Son plumage est entièrement blanc, à l'exception de ses ailes, relativement longues et fines, qui sont bordées de noir. Il a une tête allongée à la face dénudée jaune avec un long bec fin et noir, crochu à l'extrémité. Sa queue blanche, moyennement longue, est en forme de losange. Son vol est beaucoup moins dépendant des courants thermiques que les grands vautours. Ses battements d'ailes sont amples et souples.

Photo Katy Moulineau © - Page Facebook Kat'images

- Régime alimentaire
Le Vautour percnoptère est charognard, volontiers coprophage (se nourrissant d’excréments), et se nourrit de petites carcasses et de déchets divers, notamment dans les champs après épandage de fumier. Il lui arrive parfois de s'alimenter sur des charniers ou des placettes d'alimentation dévolues aux grands vautours ou de fréquenter les décharges alimentaires. Muni d'un bec fin qui ne lui permet pas d'inciser le cuir des gros mammifères, il reporte son choix aux parties molles. Il peut également capturer, à l'occasion, des reptiles, des amphibiens, des poissons, des insectes, des micro-mammifères mais aussi des oiseaux. Il est capable d'utiliser une pierre pour rompre la coquille d'un gros œuf dont il désire le contenu. Le Vautour percnoptère est un oiseau opportuniste, étroitement lié à l'existence d'activités pastorales, de cadavres et de déchets d'animaux.

- Migration
Le Vautour percnoptère est migrateur et quitte la France au milieu du mois de septembre pour hiverner dans le sud saharien. A l'instar des autres rapaces, il préfère migrer durant la journée afin de profiter des conditions thermodynamiques nécessaires au vol plané. Le survol des étendues d'eau étant difficile pour les grands planeurs, celles-ci ne présentant pas de courants ascendants suffisants, le Vautour percnoptère choisit des traversées courtes. Ainsi, ceux venant de France ou d'Espagne passent par le détroit de Gibraltar.

- Cycle de vie
Le Vautour percnoptère vit en couple seulement l'été et reste fidèle à son partenaire à vie. Ainsi, les deux partenaires sont séparés durant l'hiver et reviennent en France fin février, début mars, pour se reproduire. Ils n'arrivent pas en même temps sur le site. Les oiseaux passent ensuite 1 mois à faire des réserves puis l'accouplement a lieu à partir de la fin avril. La femelle pond alors 1 à 3 œufs. Après une incubation de plus de 40 jours, assurée par les 2 parents, 1 ou 2 jeunes éclosent. Ils restent dans le nid près de 3 mois et s'envolent début août. Nourris par leurs parents encore 2 à 3 semaines, ils finissent ensuite par partir. Les jeunes vont alors rester seuls pendant 1 à 3 semaines puis migreront à leur tour pour quitter la France. Ils vont errer en Afrique pendant 2 à 3 ans puis reviendront s'installer sur le territoire vers 3 ou 4 ans, généralement non loin de leur lieu de naissance. Le Vautour percnoptère, qui peut vivre 15 à 20 ans, voire 30 ans, a une maturité sexuelle à 4, 5 ou 6 ans.

Photo Bruno Berthémy © - Site internet LPO

- Où voir le Vautour percnoptère ?
Le Vautour percnoptère s'observe de façon privilégié dans les larges vallées du piémont mais peut également être présent en haute montagne lors de ses recherches de nourriture, le couple patrouillant régulièrement son territoire. Il est facilement identifiable en vol par sa forme mais également par son plumage caractéristique blanc aux ailes bordées de noir.

- Étymologie
Selon la mythologie grecque, Neophron était le fils de Timandre, amante d'Aigypios. Jaloux de ce dernier, Neophron décida de se venger. Aigypios fut alors abusé et, croyant être avec Timandre, s'unit avec sa propre mère, Anthée. Le père de Neophron, Boulis, apprit ce scandale. Furieux, il voulut arracher les yeux de son fils. Zeus prit pitié de tous ces humains et les changea en oiseaux. Ainsi, Aigypios et Neophron devinrent des Vautours, Boulis un Plongeon et Timandre une Mésange.

Percnopterus est formé de deux racines grecques. Perknos signifie sombre, noir. Pteron signifie aile. Il est à noter que l'expression "aigle percnoptère" est déjà présente chez Aristote.

- Histoire et effectifs
Dans l'Egypte antique, les Egyptiens vénéraient le Vautour percnoptère qui était le symbole de la déesse Mout. Mout signifiant la mère, les couronnes des reines-mères du Pharaon étaient faites de dépouilles stylisées de Percnoptère.

Sa présence étant liée aux activités pastorales traditionnelles du sud de la France, la distribution du Vautour percnoptère au XIXè siècle était plus importante qu'aujourd'hui. Il occupait alors en continu tout le massif pyrénéen, l'ensemble des départements méditerranéens et le sud de la vallée du Rhône. La réduction ou la disparition de ces activités s'est soldée par un effondrement et une fragmentation de la population.

En 2007, le cantonnement d'un couple de Vautour percnoptère dans les Pyrénées-Orientales et le renforcement des couples reproducteurs dans l'Aude a permis à l'espèce de reconquérir ses sites historiques du versant nord du massif des Pyrénées mais également d'assurer à sa population un continuum entre les Pyrénées et le sud-est méditerranéen. La même année, au mois de mai, le Vautour percnoptère est mentionné comme espèce en danger d'extinction sur la Liste Rouge de l'UICN (Union Mondiale pour la Nature).

La population mondiale du Vautour percnoptère est estimée à 100.000 individus, la population ouest-européenne étant évaluée à 1800-2050 couples dont 70 à 80% des effectifs nichent en Espagne. Pour la France, le nombre de couples nicheurs est évalué à 70-75 avec 54 à 60 couples le long de la chaîne pyrénéenne et 15 de l'Hérault aux Alpes-de-Haute-Provence (chiffres du "Guide des Rapaces de France", édition 2013). En 2015, 88 couples étaient répertoriés en France, dont 71 dans les Pyrénées françaises et 17 dans le sud-est, et 1000 couples en Espagne où le rapace a subi une forte régression (chiffres du "Parc national des Pyrénées).

En France, l'espèce fait l'objet d'un plan national de restauration des effectifs. Le Vautour percnoptère est protégé au niveau national et classé "En danger".

SOURCES

Guide des rapaces de France (Jean Sériot / Editions Sud Ouest)
Vautour Percnoptère (site du Parc National des Pyrénées)
Le vautour percnoptère (site de la LPO)

Commentaires