Mérendéra des Pyrénées

Mérendéra des Pyrénées

Merendera pyrenaica
Photo Fernand Cassou ©

LES INFOS PAS TRÈS VRAIES (MAIS PAS TROP FAUSSES)

La Mérendéra fleurit en automne. Au ras du sol. Elle a le vertige. C'est ballot pour une fleur de montagne.

Selon le botaniste-paysan Gérard Debouze, qui est plus propre que Gérard Troifientes, on peut entendre chanter la Mérendéra au printemps. C'est signe qu'elle a pondu son œuf. Soyons franc, ou gaulois, avec un peu de romain, passes-moi le celte ! Et le poivre, tu seras gentil. Donc, soyons franc, un œuf par an, de la taille d'une noisette tant qu'à faire, la Mérendéra se casse pas le cul. Les poules font la gueule.

Extrait du manuel du Bouquetin Bucolique

LES INFOS PAS FAUSSES (ET PLUTÔT VRAIES)

Famille des Liliacées.
Floraison de août à octobre.

Autres noms scientifiques : Merendera pyrenaica, Merendera bulbocodium, Merendera montana, Colchicum montanum.

Plante vivace naine, de 15cm maximum, à bulbe ovoïde (forme d'un œuf) de la taille d'une noisette, enveloppé de tuniques brunes, glabre.

Feuilles étroites, obtuses (sommet plus ou moins arrondi), en gouttières de 5 à 6mm de large. Feuilles se développant après la floraison et se maintenant en vie en hiver, sous la neige, puis au printemps. Feuilles disparaissant avant la floraison.

Fruit apparaissant au printemps, dépassant des feuilles au bout d'un long pédoncule dressé. Le fruit est une capsule ovoïde (forme d'un œuf) de la grosseur d'une noisette, s'ouvrant par le haut.

Fleur solitaire rose mauve, nue, sans tige ni feuille, qui s'épanouit au ras du sol. Périanthe (ensemble de l'enveloppe protectrice, stérile, généralement le calice et la corolle, qui entoure les organes reproducteurs) formé de 6 tépales (ensemble de sépales et pétales non différenciables), oblongues (plus longues que larges et arrondies aux deux bouts), étroites, et non soudés les uns aux autres à la base. Organes reproducteurs composés de 6 étamines et 3 styles distincts, divergents au sommet. Stigmates (extrémité du style, destiné à la réception du pollen et lieu de sa germination) simplement arqués.

Espèce présente dans les Pyrénées et dans la péninsule Ibérique.

Dans les Pyrénées, plante présente dans les pâturages et reposoirs à bétail, dans les pelouses rocailleuses et les éboulis consolidés, de l'étage montagnard (800m à 1700m, versant nord, 1000m à 1900m, versant sud) à la base de l'étage alpin (2200m à 2800m, versant nord, 2400m à 3000m, versant sud) sur l'ensemble de la chaîne, partie orientale du versant nord exceptée.

Photo Maryse Pouzin Lambert ©

FLEURS POUVANT ÊTRE CONFONDUES ET DIFFÉRENCES

- Colchique d'automne
Le Colchique d'automne possède une ou plusieurs fleurs située au bout d'un long tube jusqu'au bulbe (un tube par fleur). Au contraire, la Mérendéra des Pyrénées possède une seule fleur, sans tube, qui s'épanouit ainsi au ras du sol. Les stigmates du Colchique d'automne sont courbés en crochets, alors que ceux du Mérendéra des Pyrénées sont simplement arqués.

- Crocus d'automne
Le Crocus d'automne possède une fleur située au bout d'une tige. Au contraire, la Mérendéra des Pyrénées est sans tige et s'épanouit au ras du sol. De plus, le Crocus d'automne possède 3 étamines visibles alors que la Mérendéra des Pyrénées en possède 6.

SOURCES

Nouvelle flore illustrée des Pyrénées (Marcel Saule / Editions du Pin à Crochets)
Mérendéra faux-bulbocodium (site jpdugene)

Photo Janick Cazaubon ©

TOPOS

Les topos du Bouquetin Boiteux où a été vu la Mérendéra des Pyrénées.
Pas de topo actuellement.

Commentaires