Lagopède alpin

Lagopède alpin

Lagopus muta

Photo Luca Boscain © - iNaturalist



LES INFOS PAS TRÈS VRAIES (MAIS PAS TROP FAUSSES)

Le Lagopède alpin est un poulet de 38cm qui aime le froid. Il arrive donc souvent de le retrouver dans le frigo. Ou dans le congélateur. Il ne faut alors pas le confondre avec son cousin, le Nuggets, qui vit plutôt du côté du KFC. L'hiver, l'oiseau revêt son joli manteau tout blanc mais garde le cul noir, ceci afin de pouvoir le retrouver facilement. L'été, il change de blouson et opte pour un brin-gris, qu'il tâche rapidement et beaucoup. L'oiseau est crado.

Pour faire chier les touristes, le Lagopède alpin chante à l'aube et, pour séduire la belle, il dilate sa caroncule qui devient boursouflée et toute rouge. C'est interdit aux moins de 18 ans. Une fois fécondée, la femelle pond ensuite une belle omelette.

La Lagopède alpin est très nature. Hiver comme été, elle a du poil aux pattes.

Extrait du manuel du Bouquetin Bucolique


LES INFOS PAS FAUSSES (ET PLUTÔT VRAIES)

- Noms
Lagopède alpin, Perdrix des neiges (français), Rock Ptarmigan (anglais), Alpenschneehuhn (allemand), Lagopodo alpino (espagnol), Pernice bianca (italien).

- Classification
Animalia/Animal (Règne), Chordata/Cordés (Embranchement), Aves/Oiseaux (Classe), Galliformes/Gallinacés (Ordre), Phasianidae/Phasianidés (Famille), Lagopus (Genre), muta (Espèce).
Montin, 1781 (Descripteur).

- Répartition
Le Lagopède alpin est présent dans tout l'hémisphère nord. En montagne, il vit entre 2000 et 5000m d'altitude. Il existe, entre autres, 2 sous-espèces, le Lagopus muta helvetica qui est une sous-espèce endémique des Alpes, et le Lagopus muta pyrenaica qui est une sous-espèce endémique des Pyrénées.

- Habitat
Oiseau sédentaire, le Lagopède alpin vit en hiver sur les pentes broussailleuses proches de la limite des arbres, à des endroits où la végétation est apparente sous la neige, et dans les éboulis orientés au sud, dégagés par le vent. Les mâles continuent à fréquenter l'environnement alpestre alors que les femelles ont tendance à s'abriter sous le couvert. Au printemps et en automne, le Lagopède alpin choisit des paysages ouverts avec une végétation clairsemée, les mâles optant pour des territoires avec affleurements rocheux offrant des perspectives qui leur permettent d'exercer une surveillance sur les femelles et le reste de la bande. L'été, les oiseaux gagnent les crêtes et les éboulis sous les sommets.

Le Lagopède alpin utilise des nids localisés dans des dépressions du sol peu profondes et tapissés de matières végétales et de quelques plumes, généralement à l'air libre et abrités par une grosse pierre ou un arbuste.

Discret à l’extrême et timide, le Lagopède alpin sait passer inaperçu pour se protéger. Le territoire d’une femelle au moment de l’élevage des jeunes ne dépasse pas les 20 hectares, au contraire des zones de chant qui peuvent atteindre 100 hectares ou plus et où 8 à 10 mâles peuvent être présents.

- Morphologie
Le Lagopède alpin adulte est un oiseau de 38cm pour un poids de 430 à 750g et une envergure de 55 à 66cm. Il possède un plumage qui change de couleur suivant les saisons afin de se fondre dans le milieu qui l'entoure. En hiver, le plumage est entièrement blanc, excepté la queue qui est noire. En été, il est gris-brun, barré de taches brunes foncées et noires, avec l'abdomen et le bord extérieur des ailes blancs et la queue noire. En automne et au printemps, le plumage passe par toutes les nuances intermédiaires. Cette propriété s’appelle l’homochromie.

Le Lagopède alpin possède des pattes fortement plumées, ce qui fait office de raquettes et leur permet de marcher dans la neige molle. Il possède également un bec court, noir et épais, un corps rond et de longues ailes arrondies. Le mâle porte sur le visage une strie noire qui part du bec jusqu'à l'œil et une excroissance charnue, nommée caroncule, qui est rouge et qui surmonte l'iris.

Photo Paul Cools © - iNaturalist

- Régime alimentaire
Le Lagopède alpin adulte est essentiellement végétarien. Le régime d’été est principalement composé d’un mélange de matières végétales diverses comme les myrtilles, les têtes de joncs ou de roseaux et d’autres plantes d’altitude. En hiver, les oiseaux mangent des bourgeons, des chatons de bouleau ou des brindilles de saule. Les poussins se nourrissent d'insectes, d'araignées ou d'escargots et deviennent herbivores au bout de quelques mois.

- Cycle de vie
Pour le Lagopède alpin, l'hiver est la saison la plus délicate, la nourriture étant rare et difficile à trouver sous la neige. Il est également à la merci de ses prédateurs, comme le Renard et l'Aigle royal. Durant cette saison, les oiseaux se regroupent en petites troupes sur leurs lieux d'habitats.

A la fin de l'hiver, le Lagopède alpin quitte son plumage blanc pour revêtir petit à petit son plumage estival. Cependant, les mâles attendent plus longtemps pour effectuer ce changement, ce qui le rend plus vulnérable aux prédateurs, se fondant moins bien dans son environnement et donc devenant plus repérable.

Au printemps, les oiseaux émigrent sur de coutes distances et remontent en altitude. Les groupes constitués durant l'hiver se séparent. Les mâles choisissent des territoires qu'ils défendent au moyen de grands cris bruyants et de chasses aériennes énergiques. Le cérémonial concernant la défense du territoire est marqué par toute une série de chants élaborés et de vols de démonstration ayant pour but d'éloigner les éventuels concurrents. La reproduction se déroule au niveau des zones de chant qui peut s'étendre à plus de 100 hectares et où 8 à 10 mâles peuvent être présents. Ils commencent à chanter 30 à 45mn avant le lever du soleil puis se dispersent. Au cours de la parade nuptiale, le mâle entame une manœuvre d'encerclement de la femelle, déployant sa queue en éventail et laissant une aile traîner à terre. Au même moment, il fait se dilater sa caroncule rouge. Les femelles, une fois fécondées, environ 1h après le lever du soleil, partent ensuite sur leur zone de nidification.

La ponte, composée de 7 à 10 œufs, a lieu au début de l'été, dans les hautes terres. L'incubation dure 21 jours et est assurée par la seule femelle, sans l'aide du mâle. Les poussins duveteux, qui sont alors insectivores, sont nidifuges, c'est à dire qu'ils quittent le nid peu après l'éclosion, généralement dès le lendemain pour le Lagopède alpin. Au bout de 10 jours, les poussins sont capables de se nourrir et de voler, et leur totale autonomie intervient dans un délai de 10 à 12 semaines. Le taux d'échec à la couvaison est fort et la mortalité des poussins est élevée. Les bonnes années, un couple réussissant sa reproduction amènera 2 ou 3 jeunes à l'hiver suivant.

A l'automne, les poussins deviennent herbivores à l’automne. A la fin de l'automne ou au début de l'hiver, les oiseaux émigrent en bandes sur de courtes distances. Ils abandonnent leurs habitats d'été pour rejoindre leurs habitats hivernaux. Les mâles et les femelles se séparent et ils constituent des bandes strictement sexuées.

Photo Christoph Moning © - iNaturalist

- Étymologie
Lagopède vient du grec lagos qui signifie lièvre et du grec pous, podos qui signifie pied, patte. Le lagopède est donc le pied de lièvre et ce nom est en rapport avec l'anatomie de l'oiseau qui possède des pattes couvertes de plumes, ce qui rappelle les pattes de lièvres, couvertes de poils.

- Histoire et effectifs
Au Quaternaire, une partie de l'espèce se réfugie dans les Pyrénées suite à l'important réchauffement qui a suivi les grandes glaciations, ce qui engendre plus tard la sous-espèce Lagopus muta pyrenaica.

En 2008, une estimation de la population mondiale donne un effectif supérieur à 8 millions d'individus.

En 2015, la population européenne est estimée entre 500000 et 2 millions d'individus. L'Europe formant environ 10% de l'aire de répartition mondiale, une estimation non précise de la population mondiale donne ainsi entre 5 et 20 millions d'individus, estimation qui nécessite une validation supplémentaire. Au cours de cette même année, la population européenne est estimée en décroissance avec une diminution du nombre d'individus de 30% sur un peu plus de 12 ans et demi.

En 2016, la liste rouge mondiale, l'IUCN Red List, note une tendance à la baisse de la population mondiale de Lagopède alpin. La population a décliné localement en raison de la perte d'habitat, en particulier lors de surpâturage par les moutons, et en raison d'un enneigement irrégulier, de la hausse des températures et du tourisme de montagne avec notamment le développement des activités touristiques hivernales et l'établissement des stations de ski. L'espèce, inféodée aux milieux froids, a ainsi un avenir très incertain devant elle.


STATUTS D'ÉVALUATION, DE PROTECTION ET DE MENACE

Lagopède alpin, Statuts (Inventaire National du Patrimoine Naturel)
Lagopus muta (IUCN Red List)
La liste rouge mondiale... (IUCN Comité Français)


SOURCES

Lagopède alpin (Inventaire National du Patrimoine Naturel)
Lagopède alpin (Parc National des Pyrénées)
Lagopède alpin (Oiseaux.net)
La mystérieuse histoire du nom des oiseaux (Henriette Walter, Pierre Avenas / Robert Laffont)

Photo Cotinga © - iNaturalist

Photo Simon Bradfield © - iNaturalist

Photo Anaarenaria © - iNaturalist

Photo Christian Ferrari © - iNaturalist



Commentaires