Test des New Balance Minimus 10v1 Trail

NEW BALANCE MINIMUS 10v1 TRAIL


Autant le dire tout de suite, les Minimus ne s'adressent pas aux amoureux de l'amorti. On est ici dans la tendance minimaliste, celle qui vous rappelle que les cailloux pointus, c'est méchant. Bref, on ressent bien les nuances du sol, mais c'est en général pour cela que l'on achète ce genre de chaussures.

Avec une taille du pied le plus grand à 25,6cm, la pointure 42,5 semble le bon choix. Pas de compression du pied et un peu d'espace à l'avant. Pour cette pointure, la Minimus annonce 211g sur la balance soit 422g la paire. Avec un drop de 4mm et une bonne flexibilité latérale et longitudinale, la Minimus v10 Trail est notée avec un indice minimaliste de 72% par la Clinique du Coureur. On est donc plus sur une tendance minimaliste que sur du minimalisme pur.

Après avoir utilisé des Dynafit MS Feline GTX qui ont également une semelle Vibram, l'annonce de cette semelle sur la Minimus était effrayante. En effet, sur les Dynafit, la semelle est une grosse partie unie, compacte et dure, ce qui lui donne une bonne durabilité mais la rend inflexible et bien glissante sur les rochers. Sur cette Minimus, le Vibram est en fait une série de petites pastilles. Par conséquent, la chaussure se tord bien dans tous les sens.


Les crampons sont donc des pastilles peu protubérantes. Après 101km d'utilisation, essentiellement sur du terrain sec, en sous-bois, et quelques passages de bitume, elles se sont légèrement lissées sur les points d'accroche au sol, ce qui est une petite déception de ce Vibram, même si cela reste correct en terme d'usure.

L'accroche est plutôt bonne, même sur les quelques sorties et passages sur terrain humide. Par contre, sur de la bonne boue, c'est la patinoire. Mais jusqu'à présent, aucune autre chaussure n'a vraiment tenue la route sur de la grosse boue. Pour cela, il faudrait des gros crampons en fer de 18mm, comme dans certains sports collectifs...


La Minimus est agréable à mettre aux pieds. Pas de semelle intermédiaire afin de garder au maximum la sensation de contact au sol. Le confort est là, pour peu que l'on aime le confort minimaliste car, finalement, la notion de confort est toute relative.

La toe box est bien large et laisse les doigts de pied libres. En voyant la chaussure, la bande de caoutchouc sur le dessus de la toe box laissait craindre une certaine pression sur le dessus du pied. Mais une fois enfilée, ce n'est pas le cas. Peut-être une légère pression sur le bord avant droit du pied droit mais cela le fait régulièrement sur les différentes chaussures utilisées. Probablement une petite particularité anatomique personnelle, même si ce n'était pas le cas avec les Salming Elements.



La semelle Vibram vient se prolonger sur le devant du pied, ce qui donne une bonne protection des doigts de pied sur les chocs avant, ce qui est bien agréable, surtout en fin de course, lorsque l'on commence à taper dans tout ce qui dépasse.


Pour appréhender et aimer cette chaussure, il faudra donc avoir une foulée sur l'avant du pied, un pied large, un pied fort et réactif et ne pas vouloir d'amorti. Ou vouloir s'approcher progressivement de ce genre de technique de course. Dans le cas contraire, il faudra passer son chemin.

La Minimus 10v1 Trail est au final une bonne surprise pour l'utilisation à laquelle elle fut destinée à l'achat, soit des sentiers en sous-bois et des passages de bitume pour les rejoindre. Elle n'ira probablement pas en haute montagne où l'accroche semble un peu légère et le ressenti du sol trop agressif pour appréhender sereinement les zones trop techniques. Même si l'idée mériterait réflexion, les Salming Elements et les Inov-8 TrailTalon 235 avec leurs crampons plus mous ont pour le moment ma préférence pour ce genre de sorties.


- MàJ (juin 12, 2019)
Après 183km, une mise à jour du test de ces Minimus s'impose. La légère pression sur le bord avant droit du pied droit se faisait toujours sentir, au point d'avoir parfois le pied endormi. Depuis quelques sorties, les Minimus sont utilisées pied nu, sans chaussettes. Outre le fait qu'il n'y a plus du tout cette légère pression, cette pratique permet de toucher à l'essence même de ces chaussures. Les sensations sont excellentes et proches du pied nu, tout en ayant une bonne protection pour courir sur les sentiers et les cailloux. Protection relative, bien entendu, pour des chaussures à tendance minimaliste. Par contre, le bémol vient de l'usure des crampons qui est une vraie déception. De plus, après une sortie en moyenne montagne sur sentier sec et sur sentier humide, il est à constater que l'accroche n'est pas fabuleuse. Sur le sec ou le légèrement humide, ça passe. C'est même très bien. Au contraire, sur du mouillé, ou légèrement boueux, la chaussure montre ses faiblesses.

Commentaires